Mes Coordonnées

Audrey Javelle

 

Immeuble "Le Futura"

62 avenue de Bayonne

64600 ANGLET

 

Plan d'accès - ici-

prendre rendez-vous au :   06.50.73.78.10

 

 formulaire de contact cliquez - ici -

 

ACTUALITES

 

LA RÉALITÉ VIRTUELLE AU SERVICE DE LA THÉRAPIE

 

Dernier article du blog

 

"une alternative au burn-out"

 

TEST QI

CONSEIL EN ORIENTATION

 

Nouveau partenaire :

 

Institut d'Hypnose Bayonnais

 

Cours collectif de RELAXATION HYPNOTIQUE en petit groupe.


L'EMDR

 

" Eyes Movement Desensitization and Reprocessing." ou Mouvements Oculaires de Désensibilisation et de Retraitement (de l'information)

 

L'EMDR est une méthode psychothérapeutique alliant un retraitement de l'information (souvenir) par le cerveau et l'utilisation d'un sens (vue, ouïe ou toucher...). On utilise des « stimulations cerveau gauche/cerveau droit », en séries, afin de « digérer » le traumatisme.
 
Découverte aux USA par Francine Shapiro en 1987. La méthode est reconnue par l’Inserm et la Haute Autorité de Santé pour traiter les effets du Stress Post-traumatique.

 

 

L'EMDR a été mise au point par la psychologue américaine Francine Shapiro en 1990. Le modèle de base est principalement orientée vers le traitement du syndrome de stress post-traumatique (ESPT) dans lequel les patients revivent régulièrement l'événement traumatique sous forme de flash ou de rêves, évitent toute activité pouvant leur rappeler le trauma et gardent des séquelles comme des troubles du sommeil, de l'irritabilité, des problèmes de concentration...

Depuis la méthode s'applique aussi aux plus petits traumatismes, comme les expériences pénibles qui peuvent laisser un souvenir douloureux. L’EMDR peut aussi se révéler efficace dans d’autres types d’affections, comme la toxicomanie, l’anorexie ou la dépression.

 

La particularité de l’EMDR reste la stimulation sensorielle généralement appliquée sous une forme bilatérale alternée et le plus souvent par le biais des mouvements oculaires (mais les stimulations peuvent être tactiles ou auditives).

C’est par hasard, lors d’une promenade en mai 1987, que la psychologue américaine Francine Shapiro découvrit que ses « petites pensées négatives obsédantes » disparaissaient quand elle faisait aller et venir rapidement ses yeux de gauche à droite (voir historique de l'EMDR).

 

Grâce au processus neurologique à l’œuvre, cette approche semble stimuler le cerveau pour qu'il « métabolise » ou « digère » les résidus dysfonctionnels du passé. À la suite de cela, les souvenirs traumatisants perdraient leur charge affective négative, ce qui mettrait fin à la souffrance et aux réactions néfastes (crises de panique, peurs incontrôlées, anxiété...).

 

HISTORIQUE

 

C’est en 1987, à l’âge de 38 ans, doctorante en psychologie à la « Professionnal School for Psychological Studies » qu’elle fait son expérience princeps qu’elle raconte ainsi :

« L’idée de l’EMDR a germé un après-midi ensoleillé de 1987.

J’avais pris un moment pour faire le tour d’un petit lac. C’était le printemps. Des canards nageaient et, sur les immenses pelouses vertes, des mères avaient posé des couvertures pour s’allonger avec leurs bébés. Pendant que je marchais, une chose bizarre s’est produite. J’avais pensé à quelque chose de perturbant, je ne me rappelle même plus quoi, simplement une de ces petites pensées négatives obsédantes qu’on remâche (sans arriver à la digérer) jusqu’à ce qu’on les chasse exprès. La chose bizarre, c’est que mon idée obsédante avait disparu. Toute seule. Quand je l’ai ramenée à ma conscience, je me suis rendu compte que sa charge émotionnelle négative n’était plus là. Je dois avouer qu’un de mes héros, au collège, était Mr Spock, dans Star Treck. Comme lui, j’avais toujours considéré les émotions comme un défi, mais je n’avais jamais remarqué un changement aussi rapide dans mes pensées et mes sentiments. Il y avait huit ans que j’étais mon propre laboratoire pour mes recherches sur les liens corps-esprit, et ce changement émotionnel suscita chez moi un intérêt considérable.

Poursuivant mon chemin, je commençais à m’observer attentivement. Je remarquai que chaque fois qu’une idée dérangeante apparaissait à ma conscience, mes yeux faisaient spontanément des va-et-vient. Ils suivaient rapidement et répétitivement une diagonale, d’en bas à gauche à en haut à droite. En même temps, je notais que l’idée désagréable était sortie de mon esprit et que, quand je l’y ramenais, elle ne me dérangeait plus autant. J’étais intriguée. J’essayais de le faire délibérément : je pensai à quelque chose d’autre qui provoquait en moi une petite anxiété et cette fois je fis intentionnellement les rapides mouvements des yeux. La pensée disparut, elle aussi. Et quand je la ramenais à mon esprit, sa charge émotionnelle négative n’était plus là. »

Il ne lui en fallut pas davantage pour proposer l’exercice à ses collègues, l’expérimenter auprès de ses patients et créer l’EMDR, avec des résultats étonnants – notamment pour les états de stress posttraumatique (ESPT) subis par les victimes de conflits, d’attentats, de violences sexuelles ou de catastrophes naturelles.

Devenue chercheuse au Mental Research Institute de Palo Alto, le docteur Shapiro a reçu en 2002 le prix Sigmund Freud, plus haute distinction mondiale en psychothérapie.

 

 

A LIRE :

 

“Des yeux pour guérir de Francine Shapiro et Margot Silk Forrest.

Aidée d’une journaliste, la créatrice de l’EMDR livre enfin ses secrets en français, avec nombre d’explications et d’exemples à l’appui (Seuil, 2005).